Richard Moreau est à l'initiative d'une pétition pour un passage de la ligne B par le boulevard Jean Royer

Le tramway boulevard Béranger ? Il dit non !

 

Suite aux récentes révélations, des citoyens font entendre leur voix pour défendre leur propre vision de la ligne B. Dans le débat qui entoure la desserte du centre-ville de Tours, un commerçant de la rue Giraudeau se mobilise pour que le tram emprunte le boulevard Jean Royer. Nous l’avons rencontré.

Avant même d’avoir franchi la porte, l’affiche en vitrine nous confirme que nous sommes au bon endroit. Au milieu des images de synthèse et autres plans de cuisine, le dossier “tramway” trône en bonne place sur le bureau du gérant du magasin Mille et une Cuisines.

Après la parution d’un article dans La Nouvelle République prônant un passage par le boulevard Béranger, il a décidé de lancer une pétition sur le site change.org. Il reconnaît avoir été “surpris par cette annonce qui venait contredire un tracé choisi de longue date”. Destiné aux membres du conseil municipal de Tours, le document a été mis en ligne à la mi-novembre. Son titre est explicite : “pour un passage boulevard Jean Royer de la ligne 2 du tramway de Tours”.

Richard Moreau est à l'initiative d'une pétition pour un passage de la ligne B par le boulevard Jean Royer
Richard Moreau s’oppose au passage du tram boulevard Béranger

Une ligne rapide et économique

Notre question est simple : pourquoi choisir Jean Royer ? “Construire une seconde ligne doit permettre de desservir de nouveaux quartiers tout en les embellissant comme ce fût le cas en 2013” nous explique-t-il. Il insiste sur le potentiel du secteur avec notamment la présence de la caserne Baraguey d’Hilliers où travaillent quotidiennement 2000 personnes.

Pour lui, l’ancien boulevard Thiers n’a que des avantages puisqu’il “s’agit du tracé le plus logique qui évite un coûteux détour par le centre-ville”. Il ajoute que cela permettrait de “créer une nouvelle zone de correspondance place de la Liberté où il sera possible de passer d’un tramway à un autre sans se rendre inutilement place Jean Jaurès”. Lorsque l’on parle des éventuels problèmes de circulation à venir, il se veut rassurant en parlant d’un “boulevard surdimensionné pour le trafic automobile existant”.

Un traitement inégalitaire du territoire

En voyant une partie des élus se déclarer en faveur de la variante du boulevard Béranger, il dénonce une volonté de “traiter de manière inégalitaire le territoire qui fait redouter une centralisation excessive des projets en centre-ville”. Pour lui, l’équilibre entre les voitures et l’offre de transport en commun a déjà été trouvé dans l’hyper-centre.

Lorsque nous en venons à parler du mail arboré, il relate que “les Tourangeaux sont attachés à ce lieu de vie”. Il pense que le tramway “représente une menace non négligeable pour les arbres” alors que certains spécimens seraient déjà signalés comme malades. Chaque jour, 25 000 véhicules empruntent le boulevard Béranger. Il anticipe déjà des problèmes de circulation qui gagneraient la rue Giraudeau.

Il craint aussi pour l’avenir de la place Jean Jaurès : “quel que soit le raccordement choisi, il faudra réaliser de gros travaux qui métamorphoseront cet espace et ses fontaines si symboliques”. Il ajoute qu’il “ne voit pas l’intérêt d’un tronçon commun entre l’arrêt Verdun et Gare de Tours qui pourrait générer un blocage complet du réseau en cas d’incident sur l’une des 2 lignes”.

Du virtuel au réel

L’engagement de Richard Moreau ne se limite pas à l’envoi d’une pétition. “Je suis également très actif sur le terrain” nous confie-t-il. Depuis le début de l’année, il a en effet rencontré plusieurs personnalités politiques locales. Au sein de la majorité municipale, il a pu échanger avec Olivier Lebreton et Yves Massot. Tous deux membres du groupe de travail créé par le maire Christophe Bouchet pour trancher ce délicat débat.

Son ancien opposant à la tête de la ville, Xavier Dateu, l’a également reçu. Il a pris position en faveur du boulevard Jean Royer en exposant le risque qu’un tel projet fait porter sur le patrimoine végétal du boulevard.

Un collectif pour anticiper la consultation

Avec désormais près de 1000 signataires, le commerçant souhaite donner une nouvelle impulsion à son combat. Il s’est concerté avec le président de l’association des commerçants du quartier, Dominique Ledoux, afin de créer un collectif. Il invite aujourd’hui “toutes les bonnes intentions, dont les associations et les organisations, à les rejoindre”.

Le temps presse. Des actions sont prévues avant le lancement de la consultation publique qui interviendra le 18 avril prochain. Il insiste sur l’importance de ce rendez-vous qu’il “ne faudra pas manquer afin que tous les habitants soient en mesure de se prononcer sur le projet”.

Notons qu’une deuxième pétition a été publiée peu de temps après celle de Monsieur Moreau. Initiée par un commerçant du boulevard Jean Royer, elle préconise un passage par le centre-ville de Tours. A ce jour, elle a recueilli 147 signatures.

Rendez-vous sur la page ligne B pour en savoir plus sur le projet et n’oubliez pas de nous suivre sur Facebook, Twitter et Google+.